tellement


tellement

tellement [ tɛlmɑ̃ ] adv.
• v. 1250; de tel
1Vx ou littér. D'une manière telle (que); de telle façon que.
2Mod. À un degré si élevé, d'une manière si intense. aussi, 2. si. « Ce livre si fort, tellement historique » (Michelet). « Un être tellement au-dessus de moi » (Bourget). Fam. Pas tellement, plus tellement, pas autant qu'on pourrait le penser, pas très, pas beaucoup. « Sans barbe, tu n'es plus TELLEMENT respectable » (A. Gide). Vous aimez ça ? Pas tellement.
(Suivi d'une propos. de conséquence) TELLEMENT... QUE... Il allait tellement vite qu'il ne nous a pas vus. 2. si. « Les feux chauffaient tellement la pièce qu'on laissait larges ouvertes les deux fenêtres et la porte » (Zola)(cf. Au point, à tel point... que...). (Avec le subj., à la négative) Il n'est pas tellement vieux qu'il ne puisse travailler.
(Devant un compar.) Ce serait tellement mieux ! « Oriane était tellement plus intelligente, tellement plus riche, surtout tellement plus à la mode que ses sœurs » (Proust).
3Fam. TELLEMENT DE... Une telle quantité de. tant. J'ai tellement de soucis, de travail.
4(Suivi d'une propos. de cause) Tant. « On aurait dit que leur peau allait craquer, tellement elle était tendue » (A. Daudet).

tellement adverbe (de tel) Marque l'intensité : Cette maison est tellement grande qu'on a du mal à la chauffer. Pas tellement, assez peu, modérément : Il n'a pas tellement d'argent.tellement (difficultés) adverbe (de tel) Emploi 1. Tellement / si. Tellement peut remplacer si, en particulier devant que introduisant une subordonnée de conséquence : il est tellement absorbé par sa lecture qu'il n'a pas entendu. 2. Tellement / tant. Tellement peut être mis pour tant avec un verbe : elle a tellement souffert ! 3. Tellement quellement (= tant bien que mal) est aujourd'hui sorti de l'usage : « Le nuage flottant au-dessus de nos têtes nous garantissait tellement quellement de la piqÛre des maringouins »(Chateaubriand). 4. Avoir tellement envie (faim, peur, soif, etc.). → envie. Construction 1. Tellement… que est suivi de l'indicatif ou du conditionnel dans une phrase affirmative (j'ai tellement insisté qu'il a fini par céder) et du subjonctif dans une phrase négative ou interrogative (ça n'est pas tellement grave qu'il faille l'opérer). 2. Tellement, introduisant une subordonnée exprimant la cause, s'emploie sans que : il dut s'arrêter tellement il était épuisé (et non tellement qu'il était épuisé). ● tellement (synonymes) adverbe (de tel) Marque l'intensité
Synonymes :
- si

tellement
adv.
d1./d (Valeur intensive.) Si, aussi. Il est tellement jeune!
|| (Devant une comparaison.) Ce serait tellement mieux!
|| (Introduisant une proposition de cause.) On ne pouvait respirer tellement il y avait de monde. Syn. tant.
d2./d Loc. conj. Tellement... que. (Introduisant une subordonnée de conséquence.) Il est tellement fatigué qu'il ne tient plus debout.

⇒TELLEMENT, adv.
A. — [Signifie qu'une qualité ou qu'une action sont portées à un degré tel, que celui-ci implique une conséquence]
1. [La conséquence est exprimée ou non]
a) [La conséquence est exprimée par une prop. corrél.] Tellement... que. Ces cadres bizarres sont tellement malaisés à remplir qu'on permet au rimeur d'y mettre n'importe quoi (LEMAITRE, Contemp., 1885, p. 18). Il trouvait tellement que l'honneur était pour elle qu'il ne pouvait s'empêcher de sourire tout en faisant une figure de circonstance (PROUST, Guermantes 1, 1920, p. 338). Je me suis tellement ennuyée que je suis partie (BOURDET, Sexe faible, 1931, II, p. 382). Il est tellement fatigué, qu'il s'est endormi tout habillé (PAGNOL, Fanny, 1932, III, 6, p. 191).
Rem. Après tellement... que, on emploie l'ind. ou le cond.: On pourrait tellement préparer l'éducation de l'homme que tous ses préjugés seraient des vérités, et tous ses sentiments des vertus (JOUBERT, Pensées, t. 1, 1824, p. 446). Le subj. peut être utilisé en phrase hyp. interr. ou nég.: En sortant, nous passâmes un autre petit pont et admirâmes une charmante petite chute d'eau, qui n'est pas tellement rapide que trois arbres n'aient pu croître sur l'arête même d'où elle se précipite (MICHELET, Journal, 1835, p. 178). De même que les doctrines et les philosophies qui se proposent sans preuves trouvent dans la suite des temps plus de mal à se faire croire, et suscitent plus d'objections, tellement qu'à la fin on ne retienne plus pour vrai que ce qui est véritable, ainsi va-t-il dans l'ordre des arts (VALÉRY, Variété IV, 1938, p. 45). Le subj. s'impose quand le verbe que modifie tellement est lui-même au subj.: Mais en supposant que les Espagnols ne se relâchent point de leurs sévères conditions, et qu'ils soient tellement liés par leur traité de 1776 avec les North-Américains, qu'ils n'aient que ces nouvelles limites à nous donner, nous posséderons beaucoup plus de terres qu'auparavant (BAUDRY DES LOZ., Voy. Louisiane, 1802, p. 227).
b) [La conséquence n'est pas exprimée par une prop. corrél.; tellement possède alors une valeur qui peut paraître purement intensive; il entre dans une phrase ell. ou exclam.]. Je suis tellement sûr que ça te plaira! (GIDE, Faux-monn., 1925, p. 1170). Mais pourquoi faire? Tout était tellement vain (MALRAUX, Cond. hum., 1933, p. 213).
2. [Tellement modifie]
a) [un adj. ou un part. passé empl. comme adj.] Sa peur devint alors tellement intense qu'elle ne put remuer son cou qui se pétrifia (BALZAC, C. Birotteau, 1837, p. 4). Un veston d'intérieur tellement élimé sur le devant qu'à cet endroit il y avait comme une large plaque blanchâtre (MONTHERL., Célibataires, 1934, p. 741).
b) [un subst. empl. comme adj.] Je suis tellement gosse que je me suis amusé de ça un quart d'heure (RIVIÈRE, Corresp. [avec Alain-Fournier], 1907, p. 317).
c) [un pron. représentant une pers. considérée selon certains de ces traits caractéristiques] À vêpres, respexit humilitatem m'a bien touché et saisi... C'est tellement moi! (DUPANLOUP, Journal, 1866, p. 271).
d) [un adv.] On obtient tellement davantage par la persuasion! (MARTIN DU G., Thib., Cah. gr., 1922, p. 687).
e) [un compar.] Il est tellement plus vieux que son âge! (BOURDET, Sexe faible, 1931, p. 354). La résistance du corps au couteau l'obsédait, tellement plus grande que celle de son bras (MALRAUX, Cond. hum., 1933, p. 187).
f) [un syntagme prép.] Si c'est là le consolateur, on le voit tellement au-dessous du malheur même, que la misère épouvantable du Christ ressemble aussitôt, par comparaison, à de la magnificence (BLOY, Journal, 1894, p. 107).
g) [une loc. verb.] J'ai tellement besoin de silence... (GIDE, Faux-monn., 1925, p. 1247). J'ai tellement confiance en elle que je ne le croirai jamais (PAGNOL, Fanny, 1932, I, 2e tabl., 4, p. 85).
h) [un verbe] Ses sales maladies reparaissaient et le faisaient tellement souffrir, qu'il n'était plus bon à prendre avec des pincettes (ZOLA, Nana, 1880, p. 1291). Elle a tellement ennuyé mon père qu'il a fini par me renvoyer en Algérie (LENORMAND, Simoun, 1921, 9e tabl., p. 83).
i) [un compl. introd. par de (ou en qui représente un tel compl.)] Il y a eu tellement, tellement de tristesse dans ma vie! Tout n'a été que tristesse (FARRÈRE, Homme qui assass., 1907, p. 291). Monseigneur avait tellement de soucis! (QUEFFÉLEC, Recteur, 1944, p. 94). Il en avait tellement vu faire pendant qu'il était à la clinique (TRIOLET, Prem. accroc, 1945, p. 251).
Rem. Si est pléonastique devant tellement: Il était si tellement méticuleux que tu l'voyais balayer l'herbe de son jardin avec un balai d'crin, ou, à genoux sur sa pelouse, couper le gazon avec une paire d'ciseaux (BARBUSSE, Feu, 1916, p. 178).
B. — [Peut être empl. dans une phrase nég. ou interr. à la place de si ou tant (sans idée de conséquence)] Qu'a-t-il donc dit de tellement grave? (BERNANOS, Soleil Satan, 1926, p. 209). La gare des marchandises de l'ouest? Pas tellement loin de chez moi, en somme. Une vingtaine de minutes à pied (ROMAINS, Hommes bonne vol., 1932, p. 250). C'était pas tellement à craindre! (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 459). S'il était si cinglé que ça tu ne serais pas tellement copain avec lui (BEAUVOIR, Mandarins, 1954, p. 271).
C. — [Introd. une causale, la causalité étant suggérée par une simple juxtaposition] Je serais certain de t'y conduire les yeux fermés, tellement je connais les moindres chemins de traverse (ZOLA, Débâcle, 1892, p. 480). Il ne savait plus s'il existait seulement, tellement toute sa personne était supprimée (RAMUZ, Gde peur mont., 1926, p. 233).
Fam. Tellement que. Nous voilà partis en causant tous les deux, moi pas plus gêné que si je causais à Dur, ou à Corenpot, tellement qu'il sait mettre les gens à leur aise (AYMÉ, Jument, 1933, p. 225).
D. — Vieilli ou littér. [En corrél. avec que, tellement introd. une sub. consécutive, sans idée d'intensité] Tellement... que. De telle manière que, de telle façon que. Il fait cette belle observation que les semences des plantes sont tellement disposées par leurs figures et leurs poids, qu'elles tombent toujours sur le sol dans la position où elles doivent germer (CHATEAUBR., Génie, t. 1, 1803, p. 165). Sa chambre à coucher devait être tellement disposée que de son lit d'empereur [Charles-Quint] pût voir le grand autel de l'église et les orangers du couvent (SAINTE-BEUVE, Nouv. lundis, t. 3, 1862, p. 208).
Tellement que, loc. conj. Si bien que, de telle sorte que. [Suivi de l'ind.] Le pauvre vieux roi de France restait solitaire en son hôtel Saint-Paul, délaissé de tous; tellement que le jour de Noël, où auparavant il était si solennellement entouré, il ne fut visité que par de vieux serviteurs et quelques bourgeois qui lui gardaient fidèle affection (BARANTE, Hist. ducs Bourg., t. 4, 1821-24, p. 330). [Suivi du subj.] Il la fallait rédiger [une lettre au Pape] tellement que la conscience des quatre évêques s'en accommodât, et qu'elle ne contînt rien que d'agréable au Pape et au roi (SAINTE-BEUVE, Port-Royal, t. 4, 1859, p. 281).
E. — Vieilli. Tellement quellement, loc. adv. (vieilli ou littér.). Tant bien que mal, comme on peut, vaille que vaille. Avancer qu'on n'a pas droit de se plaindre parce qu'on jouit, tellement quellement, des lois fondamentales, et qu'après tout le soleil brille et les récoltes sont abondantes, cette manière de conclure seroit étrange (CHATEAUBR., Mél. pol., t. 2, 1824, p. 357).
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1274 telement que « de telle manière que » + prop. conséc. (ADENET LE ROI, Berte, éd. A. Henry, 573: Pour ce que la vouloit telement esmaier Qu'ele ne desist mot ne que n'osast noisier); b) ca 1275 (ID., Enfances Ogier, éd. A. Henry, 798: Puisqu'il se tienent devant nous telement, Je lo k'a aus brochons isnelement); c) ca 1370 telement quelement « de manière médiocre, n'importe comment » (NICOLE ORESME, Ethiques, éd. A. D. Menut, IX, 11, p. 481); 2. a) 1482 tellement que... « à tel point que » (FERGET, Mirouer de la vie humaine, f° 99 v° ds GDF. Compl.); b) 1549 tellement + adj. + que (EST.). Dér. de tel; suff. -ment2. Fréq. abs. littér.:6 010. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 7 430, b) 7 652; XXe s.: a) 8 375, b) 10 082. Bbg. BAR(F.). Superl. et intensifs dans le fr. d'auj. Fr. mod. 1952, t. 20, pp. 21-25. — LEHMANN (G.). L'Emploi mod. de l'adv. fr. tellement... Lund, 1959, 30 p. — TOGEBY (K.). Gramm. fr. Vol. 4... Copenhague, 1984, pp. 189-195.

tellement [tɛlmɑ̃] adv.
ÉTYM. V. 1250; de tel.
1 Vx ou littér. || Tellement… que… D'une manière telle que… (sans idée d'intensité, de haut degré). Façon (de telle façon que…). || Arranger tellement les événements que personne ne peut deviner le dénouement (cit. 3).
1 Il faut cependant se découvrir je ne sais quels points de repère tellement placés que sa vie (…)
Valéry, Variété, Théorie poét. et esthét., Œ., t. I, Pl., p. 1217.
2 (V. 1360). Tellement que…, placé après une virgule ou une ponctuation forte et formant une locution non séparable qui équivaut à « d'où il résulte que… ». → Si bien que…, de telle sorte que…, cela est si vrai que… → Enseigne (supra, cit. 4 : à telles enseignes que…); fureur, cit. 19; haut, cit. 125.
2 (Le Roi) trouva aussi que conformément à ses ordres, on avait chargé à Mons de munitions de guerre et de bouche plus de six mille chariots tirés des pays conquis : tellement qu'il se vit en état de se mettre en marche deux jours après cette revue.
Racine, Siège de Namur.
3 Adverbe portant sur un verbe, un adjectif ou un participe, une locution adjective, un nom adjectivé, un adverbe, et exprimant l'intensité (→ Tel, II.).
a À un degré si élevé, d'une manière si intense. Aussi (supra cit. 32), si (2. Si, II., A.), tant (I., B.). || Ce livre si fort, tellement historique sous la légèreté des formes (→ Reluire, cit. 4).(Avec une valeur exclamative). || Quoi ! nous étions donc si jeunes (cit. 14), tellement faciles à tromper ! || Un être tellement au-dessus de moi ! (cit. 10).
3 Les visages qui pâlissent à peine, mais changent tellement !
Saint-Exupéry, Vol de nuit, III.
b Tellement… que…, introduisant une proposition consécutive. || Les feux chauffaient tellement la pièce qu'on laissait larges (cit. 5) ouvertes les deux fenêtres. Point (à tel point), tant (I., A., 1.). || Le sacrilège est tellement grand que la miséricorde infinie, seule, peut l'effacer. 2. Si (supra cit. 12 : si… que); → Purifier, cit. 5. || Il était tellement hors (cit. 38) de lui que…
4 (…) beaucoup d'autres seigneurs, dont les habits étaient tellement brodés d'or, que, suivant l'expression de Julien, on ne voyait pas le drap.
Stendhal, le Rouge et le Noir, I, XVIII.
REM. Dans la proposition consécutive introduite par tellement… que… on met normalement l'indicatif ou le conditionnel quand la principale est affirmative et le subjonctif quand elle est négative ou interrogative. Il n'est pas tellement fort qu'il soit invincible.
Devant un comparatif. || Une fourmi (cit. 4) qui portait sur son dos un bout de bois tellement plus gros qu'elle ! || Ce serait tellement mieux !
5 Oriane était tellement plus intelligente, tellement plus riche, surtout tellement plus à la mode que ses sœurs (…) qu'elle avait compris (…)
Proust, le Côté de Guermantes, Pl., t. II, p. 495.
c Fam. Employé dans une phrase négative ou interrogative et équivalant à « beaucoup », « très »; « autant qu'on pourrait le penser » (→ Réception, cit. 2; obstination, cit. 4). Ellipt. || Vous aimez ça ? Pas tellement. || « J'aime pas ça tellment (sic) » (Queneau, Poésies).
6 La langue familière emploie volontiers tellement au lieu de très (ou de beaucoup) dans les phrases négatives ou interrogatives (…) Il faut avouer, roi Saül, que, sans barbe, tu n'es plus TELLEMENT respectable (A. Gide, Saül, IV, 2). — Avec moins de réalité dans la vie de tous les jours, mais pas TELLEMENT moins (J. Romains, Violation de frontières, p. 140).
Grevisse, le Bon Usage, §852, Rem. 5.
d Fam. || Tellement de… Tant (supra cit. 10 : tant de…). || J'ai tellement de soucis, de travail.
4 Introduisant une proposition causale. Tant (I., C.). || On aurait dit que leur peau allait craquer en rôtissant, tellement elle était tendue (→ Dinde, cit. 2). || Il avait pris là des habitudes de godaille (cit.), tellement les vices se gagnent vite.
7 Ces deux adverbes d'intensité (tant, tellement) […] servent souvent à marquer qu'une action ou qualité portée à un très haut degré devient la cause d'un certain effet (…) « Il s'endormait à table, tellement il avait couru » (Mauriac, Nœud de vip., XX, 294).
G. et R. Le Bidois, Syntaxe du franç. moderne, §1453.
Pop. || Tellement que… (→ Tac, cit. 2, Céline).
5 (V. 1370). Vx ou littér. Tellement quellement : tant bien que mal, comme on peut.
8 (…) la fumée, dont le nuage flottant au-dessus de nos têtes, nous garantissait tellement quellement de la piqûre des maringouins.
Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, I, VII, 3 (éd. Levaillant).

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • tellement — Tellement, Taliter. Tellement que chaque vigne, etc. Ita vt quaeque vitis, etc. Tellement que puis apres toutes noises luy desplairont à voir, Adeo vt spectare postea omnes oderit. Tellement qu il estoit facile de voir, etc. Vt consuetum amorem… …   Thresor de la langue françoyse

  • tellement — Tellement. adv. De telle sorte que. Il est tellement préoccupé que. il est tellement au dessus des autres, &c. Tellement quellement. Maniere de parler adver. d Une maniere telle quelle. Il s acquitte de son devoir, tellement quellement. Tellement …   Dictionnaire de l'Académie française

  • tellement — (tè le man) adv. 1°   De telle façon. •   Les princes sont tellement les ministres de Dieu, qu ils sont hommes néanmoins et non pas dieux, PASC. Prov. XIV. •   Quand la fortune eut abandonné la reine, elle s enrichit plus que jamais elle même de… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • TELLEMENT — adv. De telle sorte. Il est tellement préoccupé, que... Il est tellement au dessus des autres, que ... TELLEMENT, signifie aussi, De sorte. Tellement donc que vous ne voulez point vous mêler de cette affaire. Dans ce sens, il est familier.… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • TELLEMENT — adv. De telle manière, à un tel point. Il est tellement au dessus des autres. Il s’emploie aussi avec Que comme corrélatif. Il est tellement préoccupé de ses affaires qu’il ne saurait penser à autre chose …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • tellement — adv., si, si bien, tant : talaman (Saxel.002b, Megève) / ê (Albanais.001b, Annecy.003b, Balme Si., Table) / in (003a, Bellevaux, Thônes, Vaulx), tâlamin (Peisey, Villards Thônes), tèlaman (002a, Beaufort, Giettaz) / ê (001a, Bellecombe Bauges,… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Tellement j\'ai d\'amour... — Tellement j ai d amour... Tellement j ai d amour... Студийный альбом Селин Дион Дата выпуска 8 ноября …   Википедия

  • Tellement j'ai d'amour... — Tellement j ai d amour... Tellement j ai d amour... Студийный альбом Селин Дион Дата выпуска …   Википедия

  • Tellement j’ai d’amour… — Tellement j’ai d’amour… …   Википедия

  • Tellement j'ai d'amour... — álbum de estudio de Céline Dion Publicación 8 de noviembre de 1982 Grabación 1982 Género(s) Pop Duració …   Wikipedia Español


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.